Atelier de validation de la stratégie nationale de biosécurité au Niger

Le Centre national d’études stratégiques et de sécurité (CNESS) du Niger, en collaboration avec onze ministères sectoriels, et en partenariat avec l’Agence de développement de l’Union africaine – NEPAD a organisé une consultation nationale des parties prenantes sur le projet de document national sur la biosécurité et la bio-sureté, le 7 novembre 2019, à Niamey. L’objectif de la réunion était de finaliser le document de stratégie et de le valider sur le plan technique avant de le présenter au gouvernement pour adoption finale.
Plus d’une centaine de participants issus des ministères concernés, d’institutions partenaires internationales, d’instituts de recherche, d’universités et de la société civile ont pris part à cette rencontre.

De gauche à droite: le colonel major Mahamadou SEYDOU MAGAGI, directeur du CNESS, M. Ouhoumoudou Mahamadou, ministre directeur de cabinet du président de la République du Niger, et Dr. Jeremy Ouedraogo, chef du bureau régional d’AUDA-NEPAD pour l’Ouest Afrique.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par M. Ouhoumoudou Mahamadou, ministre directeur de cabinet du président de la République du Niger, ce qui témoigne de la haute priorité accordée à ce processus par les plus hautes autorités politiques du pays. M. Ouhoumoudou était accompagné de M. Mallam Zaneidou Amirou, ministre de l’Industrie, de Mme Ramatou Doula Talata, secrétaire générale de la présidence de la République et de plusieurs hauts fonctionnaires du ministère de la Défense et de la Sécurité. Le Secrétaire Exécutif d’AUDA-NEPAD était représenté par Dr. Jeremy Ouedraogo, Chef du Bureau régional d’AUDA-NEPAD pour l’Afrique de l’Ouest, accompagné du chargé de programme principal pour la biosécurité
Dans son allocution d’ouverture, M. Ouhoumoudou Mahamadou a rappelé que « le gouvernement du Niger a adopté la loi nationale sur la biosécurité qui a ensuite été approuvée par le Parlement le mois dernier. Cette loi est un instrument juridique essentiel qui permettra au pays de gérer en toute sécurité les applications de la biotechnologie moderne dans le pays ». Il a également souligné l’importance de la stratégie nationale de biosécurité qui servira de feuille de route pour les actions interministérielles dans le domaine de la biosécurité. « La stratégie nationale de biosécurité prévoit d’élargir la portée du cadre juridique et institutionnel afin de prendre en compte tous les aspects de la biosécurité et de la bio-sureté afin que les nigériens puisse bénéficier d’aliments sains et d’un environnement sécurisé », a-t-il ajouté.
Dr Jeremy Ouedraogo, au nom du Secrétaire Exécutif d’AUDA-NEPAD, a félicité le Niger pour le progrès accompli dans le respect de ses obligations en matière de domestication et d’application des conventions et traités internationaux sur la prévention des risques biotechnologiques. Il a ajouté que « cette rencontre d’aujourd’hui marque la fin d’un processus entamé en avril 2019 pour renforcer le cadre juridique et politique national en matière de biosécurité. Ce processus a été très dynamique et particulièrement intense et l’Agence de développement de l’Union africaine a toujours été fière d’appuyer chaque étape décisive de ce parcours. C’est cet ensemble d’actions concertées, initiées et menées dans le cadre de ce partenariat avec la CNESS qui a permis d’obtenir les résultats et les produits hautement stratégiques que la population du Niger est sur le point d’approuver aujourd’hui.  »

Une vue des participants avec des officiels de haut niveau du gouvernement nigérien

Au cours de la rencontre, le projet de document de stratégie a été présenté en séance plénière. Les participants ont ensuite été répartis en trois groupes thématiques (contexte et diagnostic, orientation stratégique, et stratégie de mise en œuvre) pour examiner le document en vue de l’améliorer. Lors de la dernière séance plénière, des rapports sur les travaux des groupes ont été présentés et des éclaircissements apportés aux préoccupations exprimées.
À la fin de l’atelier, les participants ont unanimement loué la qualité et la pertinence du document de stratégie et l’ont officiellement validé. La prochaine étape du processus sera l’adoption de la stratégie nationale de biosécurité par le gouvernement avant sa mise en œuvre sur le terrain.