Introduction

Sur le plan mondial, la biotechnologie moderne est adoptée à un rythme accéléré dans les secteurs clés de la santé, de l’agriculture et de l’industrie. Cependant, son application et son développement dans le domaine agricole, en particulier, posent un défi aux pays africains pour ce qui est de tirer parti de cette technologie tout en réduisant les coûts et les risques potentiels à l’homme et à l’environnement.
Une évaluation des besoins réalisée à travers toute l’Afrique par le Réseau ABNE en 2008 et en 2009 révèle la nécessité de rassembler des informations fiables sur la biotechnologie pour permettre aux pays de prendre des décisions en connaissance de cause relatives à la manière dont ils pourraient tirer profit de la biotechnologie tout en assurant la protection des agriculteurs, des consommateurs et de l’environnement. Une analyse de suivi des écarts réalisée par le Réseau ABNE sur les aspects socioéconomiques de la biosécurité révèle ce qui suit :

  • Les organismes de réglementation manquent d’informations sur les impacts socioéconomiques de la biotechnologie moderne ;
  • La mauvaise compréhension des considérations socioéconomiques en matière de biosécurité du fait que le Protocole de Carthagène sur la biosécurité ne définisse pas ces questions ;
  • Le manque de clarté du processus d’intégration des questions socioéconomiques dans le processus décisionnel. Par conséquent, il n’est pas clair quand les questions socioéconomiques doivent être prises en compte, quelles informations doivent être utilisées pour l’analyse, comment cette analyse doit être réalisée et l’instance qui devra s’en charger.

Ce qui précède présente la nécessité d’analyser les implications économiques de l’adoption de la biotechnologie moderne, particulièrement dans le cas des pays africains dans la mesure où ils n’ont pas fait beaucoup de progrès en matière de développement et de règlementation des produits biotechnologiques. Il s’agit d’un domaine où se font des analyses coût-bénéfice et des jugements de valeur sur la base des implications économiques et d’autres facteurs (Byrne, 2004). L’évaluation des impacts socioéconomiques d’une nouvelle technologie est un élément indispensable au processus de prise des décisions en matière de règlementation. L’adoption des innovations technologiques implique un certain niveau de risque et la gestion des ces risques est une composante importante du processus décisionnel. Certains systèmes nationaux de règlementation ont reconnu cela et ont demandé l’inclusion des questions socioéconomiques dans le processus de prise des décisions relatives à la biosécurité.
Cette inclusion est fondée sur l’article 26 du Protocole de Carthagène sur la biosécurité qui stipule que :

  1. Les Parties, lorsqu’elles prennent une décision concernant l’importation, en vertu du présent Protocole ou en vertu des mesures nationales qu’elles ont prises pour appliquer le Protocole, peuvent tenir compte, conformément à leurs obligations internationales, des incidences socio-économiques découlant de l’impact des organismes vivants modifiés sur la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique, eu égard à la valeur de la diversité biologique pour les communautés autochtones et locales.
  2. Les Parties sont encouragées à coopérer en matière de recherche et d’échange d’informations sur tout impact socio-économique des organismes vivants modifiés, en particulier sur les communautés autochtones et locales.

Néanmoins, il existe des variations considérables entre les modèles économiques d’évaluation des impacts d’une technologie (Cohen et Komen, 1994; Paarlberg, 2008). La particularité des questions afférentes à l’adoption de la biotechnologie impliquera une orientation pour la plupart des pays africains relative au coût de la conformité à la règlementation, ne tenant compte de la nature et des obligations des différents systèmes de règlementation. Par conséquent, l’impact socioéconomique de la biotechnologie moderne dans les pays en développement doit être examiné dans des contextes nationaux.
Cette section socioéconomique fournit des informations et un appui technique aux organismes de règlementation afin de leur permettre de rationnaliser les coûts et les bénéfices de la biotechnologie moderne et fournit une orientation en matière de la mise en œuvre des règlements par l’adoption des bonnes pratiques dans le cadre du processus de la prise des décisions axées sur des données probantes. Les paramètres sont définis ici afin qu’elles cadrent avec les contextes nationaux. Par conséquent, le système d’appui socioéconomique de l’ABNE, tel que présenté sur ce site web, ne répondra pas seulement aux besoins et aux préoccupations spécifiques des pays mais notera également l’unicité de chaque système de règlementation. Le but ultime est de fournir des informations et des analyses qui permettront aux Etats membres d’élaborer et de mettre en œuvre des politiques et des mécanismes qui tiendront compte de façon appropriée des questions socioéconomiques lors de la prise des décisions concernant la biosécurité.