Séminaire technique des parlementaires nigériens sur le projet de loi de biosécurité du pays

L’Agence de développement de l’Union africaine – NEPAD, en partenariat avec le ministère de l’Environnement, le Centre national d’études stratégiques et de sécurité (CNESS) et le Parlement, a organisé un séminaire technique pour discuter des dispositions du projet de loi sur la biosécurité le 30 septembre 2019 à Niamey. Cet atelier fait suite à de précédentes rencontres organisées par la CNESS et le ministère de l’Environnement avec le soutien de AUDA-NEPAD afin de sensibiliser les parties prenantes sur les questions de biosécurité.
Cinquante participants ont assisté au séminaire, dont des membres de la Commission Parlementaire Développement Rural et Environnement. La cérémonie d’ouverture a été présidée par l’honorable Iro Sani, premier vice-président de l’Assemblée nationale.

De gauche à droite: Dr Moussa Savadogo, chargé principal de programme, représentant de AUDA-NEPAD, l’honorable Maman Rabiou Maina, président de la Commission Parlementaire Développement Rural et Environnement, l’honorable Iro Sani, vice-président du Parlement et le Colonel Major Ali Harouna, secrétaire général adjoint du Ministère de l’Environnement.

Dans son allocution d’ouverture, l’honorable Iro Sani a souligné l’importance de cette réunion dans la mesure où elle «ouvrira des discussions sur les principes de la biosécurité et leur pertinence pour un pays comme le Niger». Il a ajouté que «le Parlement accordera une attention particulière aux résultats de la rencontre, tout en espérant qu’ils serviront de base pour des discussions constructives sur le projet de loi sur la biosécurité au cours de la session parlementaire à venir.  »
Le Dr Moussa Savadogo, chargé principal de programme à AUDA-NEPAD, a rappelé, au nom du chef du bureau régional AUDA-NEPAD pour l’Afrique de l’Ouest, que le Niger était partie au Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques. Il a félicité le pays pour sa participation active aux négociations internationales ayant débouché sur l’adoption du protocole et lors des réunions suivantes. Il a en outre déclaré qu’AUDA-NEPAD appréciait hautement les efforts déployés par le ministère de l’Environnement du Niger et l’ensemble du gouvernement pour présenter au Parlement un projet de loi sur la biosécurité qui soit moderne et bien équilibré. »Il a souligné que l’adoption de la loi sur la biosécurité était attendu depuis longtemps et était nécessaire pour permettre au pays de respecter ses obligations vis-à-vis de l’accord international sur la prévention des risques biotechnologiques.
Au cours de la rencontre, les participants ont pu mieux comprendre le contexte mondial et régional qui doit façonner le projet de loi sur la biosécurité du Niger, en particulier l’état de la gouvernance en matière de biosécurité aux niveaux mondial et régional, ainsi que les progrès réalisés jusqu’à présent, au niveau mondial, pour garantir l’application efficace des outils de la biotechnologie moderne pour améliorer la productivité agricole et les systèmes alimentaires ainsi que dans le secteur de la santé. Ils ont également reçu des informations détaillées sur le processus en cours mené par la CNESS pour élaborer une stratégie nationale de biosécurité / bio-sureté, ainsi que sur les étapes détaillées suivies par le ministère de l’Environnement pour élaborer le projet de loi sur la biosécurité.

Photo de groupe d’une partie des participants

Au cours des discussions, les participants ont soulevé quelques préoccupations concernant la disponibilité des ressources nécessaires à une mise en œuvre efficace de la loi sur la biosécurité une fois celle-ci adoptée, en particulier les défis liés au capital humain, et aux ressources matérielles et financières. Assurance leur a été donnée que la politique de biosécurité en cours de finalisation par le biais du CNESS prendra bien en compte les préoccupations exprimées.
Les parlementaires ont exprimé leur profonde gratitude pour l’opportunité qui leur avait été donnée de mieux comprendre le paysage de la biosécurité / biotechnologie et ont félicité le ministère de l’Environnement, le CNESS et AUDA-NEPAD pour la qualité des informations partagées et la pertinence du projet de loi.

Points de quelques participants

Hon. Maman Rabiou MainHon

Hon. Maman Rabiou Maina, Chairman of the Parliament Select Committee for Rural Development and Environment.
“Nous avons été bien éclairés sur le projet de loi qui est important pour la protection de la biodiversité au Niger. Cela nous a outillé et facilitera l’examen de ce projet de loi au niveau de l’Assemblée Nationale jusqu’à son adoption par la plénière de l’Assemblée Nationale. Le Niger fait partie des pays qui ont pris conscience des changements climatiques et des dispositions sont prises pour assurer la protection de l’environnement dans le pays.”

 

 

 

 
 

 

Hon. Souleymane Hamed

Hon. Souleymane Hamed, Membre de la Commission Parlementaire Développement Rural et Environnement.
“Nos impressions sont positives au vu de l’intérêt que les uns et les autres ont manifesté concernant cette loi. Nous avons été bien édifiés par le contenu de la loi et nous avons remarqué que tous les députés ici présents y adhèrent. Cette loi va solutionner de nombreux problèmes. Des pays limitrophes du Niger disposent déjà d’une telle loi et si nous ne prenons pas des dispositions nous risquons de subir les conséquences de notre inaction. On peut dire que ce projet de loi arrive vraiment à point nommé. »