Rencontres du représentant du NEPAD avec des délégués de haut niveau à la conférence des Nations-Unis sur la Diversité Biologique en Egypte

La 14e réunion de la Conférence des Parties (COP 14) à la Convention sur la diversité biologique (CDB) a été officiellement close le 29 novembre 2018 à Charm el-Cheikh, en Égypte. Outre les plénières et les réunions des différents groupes de travail pour tenter de parvenir à un consensus sur les questions clés de la biodiversité, la conférence a été une occasion pour le représentant de l’Agence de développement de l’Union africaine, NEPAD, de rencontrer plusieurs délégués pour leur fournir des informations et des conseils.
Tout au long des réunions, les délégués africains ont adopté une position commune forte sur la nécessité des technologies émergentes pour le développement du continent. Cette position était conforme aux rapports du Groupe de haut niveau sur les technologies émergentes adopté par les chefs d’État et de gouvernement africains de l’Union africaine (UA) et officiellement lancé en juin 2018 à Kigali, au Rwanda.
L’équipe du NEPAD de l’UA, dirigée par le Dr Jeremy Ouedraogo, Directeur du Bureau Régional Afrique de l’Ouest du NEPAD et Directeur du Réseau Africain d’Expertise en Biosécurité, a été sollicitée par de nombreuses autorités pour des rencontres d’information. Dr. Ouedraogo a notamment rencontré les autorités africaines présentes à Charm el-Cheikh lors du débat de haut niveau de la conférence sur la biodiversité. M. Batio Nestor Bassiere, Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et des Changements climatiques du Burkina Faso, figurait parmi les délégués rencontrés.

G-D: Dr Jeremy Ouedraogo du NEPAD, Mr. Batio Bassiere, Ministre de l’Environnement du Burkina Faso et M. Nana, Ministère de l’Environnement, Burkina Faso.

Dr Ouedraogo lui a fourni toutes les informations concernant les recommandations du Panel de haut niveau de l’UA sur les technologies émergentes (APET) et lui a transmis les versions imprimées des documents pertinents, y compris le document du programme de gestion intégrée des vecteurs.
Le Dr Ouedraogo a également rencontré Mme Silvia Ribeiro, Directrice pour l’Amérique latine du groupe ETC. Mme Ribeiro a souhaité avoir plus d’informations sur la genèse de l’APET et en particulier sur le rapport adopté par l’UA et recommandant les recherches sur la technologie du « gene drive » pour la lutte contre le paludisme en Afrique.

Mme Ribeiro a exprimé le souhait que l’UA ait impliqué la société civile dans ce processus décisionnel. Elle a demandé au Dr Ouedraogo de faciliter une réunion avec l’UA afin que son organisation exprime ses préoccupations concernant la technologie.
Le Dr Ouedraogo a expliqué que le groupe d’experts a été formé et que ses membres ont été nommés par la Commission de l’UA. L’APET a pour mission de formuler des recommandations sur les technologies appropriées pour le continent africain.
M. Ouedraogo a également rencontré des délégués du groupe des pays africains pour discuter de leurs positions et les aider à atteindre un consensus ou à nouer des alliances avec d’autres groupes.

G-D: Dr Jeremy Ouedraogo avec des délégués d’Afrique du Sud, de la CUA et de l’Egypte

Le groupe africain a tenu sa dernière rencontre de consultation le 28 novembre. Dans son allocution de clôture, le Dr Jeremy Ouedraogo a affirmé que « cette COP a révélé l’Afrique que nous souhaitons, diverse mais unie ». Il a en outre déclaré que la CUA et le NEPAD continueraient à fournir le soutien nécessaire pour une meilleure préparation et coordination du groupe africain pour les prochaines réunions de la CDB.