Le réseau ABNE du NEPAD organise un voyage d’étude en Inde pour une délégation africaine

Du 26 février au 7 mars 2018, le réseau ABNE de l’agence du NEPAD, en partenariat avec Michigan State University, a organisé un voyage d’étude en Inde pour des hauts représentants du Nigeria, du Sénégal et de la Zambie.

Photo de groupe des participants avec certains de leurs hôtes

Ce voyage d’étude visait à partager des informations sur l’évolution de la biotechnologie et de la biosécurité en Inde, tout en mettant l’accent sur les expériences de réglementation du coton Bt et d’autres cultures vivrières en cours de recherche et de développement. La visite devait également permettre aux régulateurs et aux décideurs africains d’interagir avec les régulateurs de la biosécurité et les représentants des entreprises semencières de l’Inde.
La visite a concerné de hauts représentants étatiques du Nigeria, dont le ministre de l’Environnement, des sénateurs, des députés et un conseiller spécial du ministre; les délégations du Sénégal et de la Zambie étaient constituées de scientifiques et des régulateurs de haut niveau.
Tous les participants ont pu comprendre, lors de cette visite, les enjeux du cadre de biosécurité en Inde, les réformes réglementaires et les défis rencontrés, ainsi que la façon dont ces défis sont traités par le gouvernement indien. La visite de certaines entreprises semencières était une valeur ajoutée aux séances de réunion tenues avec l’organisme indien de réglementation de la biosécurité. Les participants ont manifesté beaucoup d’intérêt et posé des questions lors de la visite du laboratoire de l’ICRISAT, des sites des usines de traitement des semences à Kalash, du site d’amélioration de semences hybrides de coton de JKseeds à Hyderabad, du maïs hybride et des légumes à Ajeet. Les questions des participants portaient principalement sur la réglementation et les possibilités de collaboration entre l’Inde et les pays africains.

Visite à l’usine de traitement de semence de Kalash

La visite d’étude a permis aux participants d’acquérir des connaissances pratiques sur la biotechnologie moderne et la biosécurité. Cela les aidera certainement à mieux évaluer les besoins de leur pays et, en particulier, à prendre les bonnes décisions en matière d’utilisation sûre des technologies émergentes pour surmonter les défis agricoles et sanitaires.