Le Parlement nigérien approuve la loi nationale sur la biosécurité

Le Parlement nigérien a approuvé la loi de biosécurité du pays lors d’une séance plénière le 17 octobre 2019 à Niamey. Cette loi prévoit, entre autres, des mesures de sécurité dans la recherche et le développement concernant les biotechnologies modernes, ainsi que les mouvements transfrontières d’organismes vivants modifiés (OVM) et de leurs sous-produits. Il comprend également des dispositions relatives à l’évaluation des risques, à la gestion des risques et à la communication des risques concernant les organismes vivants modifiés ou d’autres produits de la biotechnologie moderne.

Mr. Almoustapha Garba : Photo de ANP

« Cette loi nous permet d’honorer à nos engagements vis-à-vis de la communauté internationale, et d’améliorer les conditions de vie de nos populations », a déclaré M. Almoustapha Garba, ministre chargé de l’Environnement.
Il a ajouté que ‘ »au niveau du gouvernement tout sera mis en œuvre pour l’adoption rapide des textes d’application et pour assurer avec votre concours le renforcement des capacités des différents services chargés de leur application pour le bien-être des populations nigériennes et celles de l’humanité tout entière. L’application de cette loi est essentielle pour la biodiversité et la protection de l’environnement ».
L’adoption de cette loi intervient après une série d’activités de renforcement des capacités entreprises par les institutions nationales chargées de la biosécurité et de la biosureté, avec le soutien de l’Agence de Développement de l’Union Africaine – NEPAD.

Séminaire technique des parlementaires sur le projet de loi de biosécurité organisé début octobre 2019 à Niamey.

Parmi ces activités, il y a eu un important séminaire des acteurs sur le projet de loi de biosécurité organisé en juin 2019 et un séminaire technique de parlementaires sur le projet de loi de biosécurité tenu début octobre 2019. Ces deux rencontres ont été organisées par le ministère de l’Environnement du Niger et le Centre National des études stratégiques et de sécurité (CNESS) et ont été pleinement soutenus par AUDA-NEPAD à travers son programme spécialisé de renforcement des capacités de réglementation, le Réseau Africain d’Expertise en Biosécurité (ABNE).