Inauguration d’un laboratoire de biosécurité au Burkina Faso

Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et l’Innovation du Burkina Faso, le Pr. Alkassoum MAÏGA a présidé la cérémonie d’inauguration du laboratoire national de Biosécurité ce lundi 02 septembre 2019 dans l’enceinte de la station de recherche de Kamboinse de l’Institut de l’Environnement et des Recherches Agricoles à Ouagadougou. Il avait à ses côtés les Ministres Maurice Dieudonné BONANET de l’Urbanisme et de l’Habitat, Salif OUEDRAOGO de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles et Urbain Ibrahim COULIDIATI, Ministre Délégué, chargé de la Recherche scientifique et de l’Innovation. Etaient également présents son Excellence le Larlé Naba Tigré, Chef traditionnel et Député, des honorables députés à l’Assemblée nationale et des représentants des organisations internationales et interafricaines dont l’Union Économique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) et l’Agence de Développement de l’Union Africaine – NEPAD représentée par Dr. Moussa Savadogo.
Dans son discours d’ouverture, le Pr Alkassoum MAÏGA, a précisé que ce joyau a été entièrement financé par l’Etat burkinabè à hauteur de 565.817.869 FCFA soit environ 1,001,448 dollars US à travers une convention de prêt auprès de la Banque Mondiale et équipé par l’Etat avec l’accompagnement de l’UEMOA pour l’équipement à hauteur de 825.094.692 FCFA équivalent à environ 1,460,345 dollars US. Il a, pour ce faire, exprimé sa gratitude aux partenaires et rendu un vibrant hommage aux premières autorités du pays pour cette heureuse initiative. Ce laboratoire est un laboratoire à vocation sous-régionale et il est appelé à « faire des prestations de qualité au profit des pays qui viendraient à le solliciter. Pour garantir son indépendance, il a été décidé de son rattachement à l’Agence nationale de biosécurité. Au regard de son plateau technique, nous sommes convaincus que c’est un instrument novateur qui va contribuer à accélérer le développement économique et social de notre pays et également de la sous-région », a poursuivi le ministre Maiga.

De gauche à droite : le Ministre Maurice Dieudonné BONANET, le ministre Alkassoum MAÏGA, Prof. Chantal Zoungrana de l’ANB, et l’honorable député, son Excellence le Larlé Naba Tigré au cours de la coupure du ruban symbolique marquant l’inauguration du laboratoire.

Selon les spécialistes, avec à leur tête le Pr. Chantal Zoungrana, Directrice Générale de l’Agence nationale de biosécurité (ANB), le laboratoire national de biosécurité pourra rendre service à toute personne qui voudra évaluer des organismes vivants, aussi bien les OGM que tout autre organisme dont l’analyse compositionnelle pourrait être demandée. Le laboratoire pourra également doser les pesticides et analyser la présence et la teneur des pesticides dans les produits alimentaires.

Le laboratoire national de biosécurité dispose d’équipements de grande qualité servant à analyser les organismes vivants, détecter la présence et les teneurs en pesticides et déterminer la composition des produits alimentaires.

Créée en 2005 en tant qu’autorité de régulation, de contrôle et de veille concernant toutes les activités biotechnologiques sur le territoire national, l’Agence nationale de biosécurité s’évertue à évaluer les risques liés aux applications de la biotechnologie moderne dans le pays. Nul doute qu’avec ce nouveau laboratoire de référence qui vient compléter le dispositif technique de l’ANB, les capacités de l’Agence se trouvent renforcées pour évaluer et suivre de près les initiatives liées à la biotechnologie moderne au Burkina Faso.