Des systèmes fonctionnels de biosécurité permettent un développement maitrisé de la biotechnologie au Swaziland

A View of workshop participants

Vue des participants au cours d’une visite dans les sites des essais confinés en champ.

Le réseau ABNE de l’Agence du NEPAD, en partenariat avec le Marché Commun pour l’Afrique Orientale et Australe (COMESA) et l’Autorité Environnementale du Swaziland, a organisé un atelier de formation sur l’analyse des risques et la surveillance de la conformité réglementaire pour les produits biotechnologiques du 27 au 29 mars 2017 à Ezulwini, au Swaziland.

Les objectifs de la formation étaient de renforcer les capacités de l’Autorité Environnementale du Swaziland dans l’analyse des risques couvrant les aspects d’évaluation, de gestion et de communication. Vingt-cinq régulateurs de la biosécurité et des scientifiques et chercheurs ont participé à cet atelier de formation.

Dans son allocution d’ouverture, M. Isaac Dladla, directeur exécutif par intérim de l’Autorité de l’Environnement du Swaziland (SEA), a décrit la formation comme étant très opportune au moment où le Swaziland prépare une audience parlementaire sur le projet de loi modifiée sur la biosécurité.
Dans son intervention, M. Seemilo Mavimbela, représentant le Président du Conseil Consultatif National sur la Biosécurité (NBAC), a déclaré que le rôle de son organisation était de conseiller SEA sur les questions de biosécurité afin de trouver un équilibre entre la protection de l’environnement et l’utilisation maîtrisée de la biotechnologie moderne. Il a déclaré que le NBAC avait donné son avis sur l’approbation des essais en champ du coton Bt en 2016 et que l’atelier renforcerait la confiance et l’assurance dans ce type de conseils.

Dr Silas Obukosia, chargé de programme principal du NEPAD du réseau ABNE a souligné, quant à lui, que le Malawi, l’Éthiopie, le Nigéria et le Swaziland sont en phase avancée d’approbation des produits agro-biotechnologiques. « Ce progrès nécessite un renforcement continu des capacités réglementaires, et cet atelier fait partie de cet objectif de renforcement des capacités au Swaziland », a-t-il ajouté.
Le conseiller principal en politique de la biotechnologie de COMESA, Dr. Getachew Belay, a félicité le Swaziland pour les progrès réalisés dans la création d’une politique et d’un environnement réglementaire adaptés.

L’atelier a également consisté en des visites de sites d’essais confinés en champ de coton Bt à la station de recherche de Malkerns et aussi à la station expérimentale Big Bend et aux fermes cotonnières Buseleni.
Le Swaziland a commencé les essais en champ de coton Bt résistant aux insectes en 2016 et les autorisations d’essais sont valides jusqu’en décembre 2017. Les variétés de semences utilisées pour les essais Bt sont locales, appelées « Alba plus », et aussi des variétés indiennes. Les essais aideront à évaluer l’efficacité des gènes et les performances agronomiques dans les conditions locales. Si ces essais se révèlent probants, le Swaziland pourrait autoriser la dissémination et la commercialisation du coton Bt dans un proche avenir.