Atelier de formation sur l’évaluation des dossiers OGM, au profit des régulateurs africains et lancement du réseau de biosécurité socioéconomique

Dr Woldeysus Sinebo, Chargé de Programme Senior du réseau ABNE, faisant un exposé au cours de la rencontre

Dr Woldeysus Sinebo, Chargé de Programme Senior du réseau ABNE, faisant un exposé au cours de la rencontre

Le Réseau africain d’expertise en biosécurité de l’Agence du NEPAD (ABNE), en partenariat avec Michigan State University (MSU), a organisé un atelier de 5 jours sur l’examen des dossiers d’OGM pour les régulateurs africains du 26 au 30 juin 2017 à Accra, au Ghana. L’atelier visait à permettre aux participants d’évaluer techniquement les dossiers d’OGM afin de leur permettre de formuler des recommandations scientifiques pour les autorités nationales compétentes lors des prises de décision. Les régulateurs de huit pays africains ont participé à cette rencontre: Cameroun, Ethiopie, Ghana, Kenya, Malawi, Nigéria, Swaziland et Ouganda.

Au cours de la cérémonie d’ouverture, Dr. Jeremy Ouedraogo, Directeur du réseau ABNE de l’Agence du NEPAD, a souligné l’importance de disposer de systèmes fonctionnels de biosécurité, qui fournissent un niveau de sécurité adéquat pour accéder à de nouveaux produits très bénéfiques. Il a également noté que la rencontre était une étape clé dans la création d’une plate-forme qui favoriserait une synergie pour parvenir à de futures évaluations conjointes et à la reconnaissance mutuelle des rapports d’évaluation environnementale et de sécurité sanitaire des aliments dans les systèmes de biosécurité au sein des communautés économiques régionales.

Le directeur du programme WorldTap de MSU, Dr. Karim Maredia, tout en mentionnant la longue tradition de travail de son institution avec les pays africains, a promis que MSU continuera de soutenir les ressources mondiales disponibles pour assurer une masse critique d’évaluateurs dotés des compétences et des outils nécessaires pour pouvoir examiner les dossiers et effectuer une évaluation des risques fondée sur la science. À la fin de la formation, les participants ont exprimé leur satisfaction et ont reconnu que ce qu’ils ont appris leur permettra de mieux s’acquitter de leur mandat.

Au-delà de la formation, les réseaux desquels sont issus les participants – le réseau de biosécurité environnementale et celui de la sécurité sanitaire des aliments – devraient servir de mécanismes de soutien aux autorités nationales compétentes en matière de biosécurité et favoriser les liens entre les experts africains et d’autres experts du monde entier pour l’accès aux ressources, le partage des connaissances et de l’expérience.

Group picture of workshop participants

Photo de groupe des participants à l’atelier

En marge de l’atelier d’évaluation des dossiers OGM, le réseau ABNE de l’Agence du NEPAD a également lancé son quatrième réseau d’experts, le réseau socioéconomique sur la biosécurité. Ce lancement a été le résultat d’une rencontre de planification de 2 jours du 28 au 29 juin 2017 qui a impliqué des participants du Burkina Faso, du Cameroun, du Ghana et du Nigeria.

Dans son discours d’ouverture, Dr. Jeremy Ouedraogo, Directeur du réseau ABNE de l’Agence NEPAD, a observé que quatre réseaux avaient déjà été établis pour la sécurité environnementale, la sécurité sanitaire des aliments, les aspects juridiques de la biosécurité et également pour les autorités nationales compétentes en matière de biosécurité. Ces réseaux ont jusqu’ici servi de plates-formes pour partager les connaissances et les meilleures pratiques et aussi pour fournir un soutien aux autorités nationales compétentes en matière de biosécurité. En outre, un groupe d’experts possédant les compétences techniques nécessaires est en cours de constitution dans ces domaines spécialisés. Dr Karim Maredia, de MSU, a réitéré l’importance d’utiliser l’expertise et les ressources tant sur le continent africain que sur le plan mondial, mais d’une manière qui répond aux intérêts du continent.
Le chargé principal du programme du réseau ABNE, Samuel Timpo, coordonnateur de ce réseau, a cité les objectifs du réseau, qui sont entre autres, conseiller les parties africaines sur les considérations critiques dans la mise en œuvre de l’article 26 du Protocole de Cartagena sur la biosécurité; Aider les États membres de l’UA, qui en expriment le besoin, à élaborer les points clé pour l’inclusion des considérations socioéconomiques dans la prise de décision en matière de biosécurité; servir de plate-forme pour l’engagement et l’interaction des multiples parties prenantes sur la gestion de la biotechnologie et stimuler un débat politique pour une meilleure sensibilisation des acteurs clés sur leurs rôles et responsabilités; Et identifier et sensibiliser aux problèmes critiques en matière de biosécurité dans les États membres et les blocs économiques régionaux et offrir également des opportunités et une plate-forme pour le dialogue entre experts sur les options politiques et élaborer des mesures concrètes pour l’élaboration et la mise en œuvre des politiques.

Group picture of members of NEPAD Agency ABNE biosafety socioeconomic network

Photo de groupe des membres du réseau socioéconomique sur la biosécurité

Le prochain réseau à être lancé sera celui de la communication.